Biometrie-humaine.org
Image default
Santé

6 médecines alternatives pour calmer les douleurs

6 médecines alternatives pour calmer les douleurs
5 (100%) 1 vote

Les médecines alternatives, ou non conventionnelles, attirent de plus en plus de patients, et particulièrement pour soulager certaines douleurs chroniques. Parmi ces différentes pratiques, dites médecines douces, on peut citer la mésothérapie, l’acupuncture, la phytothérapie, l’homéopathie, l’hypnose ou le magnétisme.

Les consultations se font le plus souvent en complément d’un traitement médical classique, et en accord avec le médecin traitant, pour augmenter les chances de soulager les maux.

Qu’est-ce qu’une médecine alternative ?

Le terme médecine alternative est généralement employé pour désigner une méthode de soin non conventionnelle, appelée également médecine douce, naturelle ou complémentaire. Il s’agit d’une pratique dont l’efficacité n’a pas été prouvée par des essais cliniques scientifiques, comme c’est le cas pour tous les traitements médicaux classiques, qui passent par plusieurs phases avant d’être agrémentées.

Toutefois, et même si leur utilité n’a pas été prouvée scientifiquement, les médecines alternatives peuvent être recommandées dans certains cas, pour aider et compléter un traitement médical. En effet, ces méthodes non attestées ne doivent être exclues que si elles présentent des effets néfastes pour la santé, ou si elles ne respectent pas certaines conditions.

L’engouement des patients pour les médecines douces peut être expliqué par le fait que ces pratiques présentent généralement une proximité avec le patient, ainsi qu’un traitement personnalisé. Cette relation entre patients et praticiens représente la principale différence avec la médecine traditionnelle, qui est souvent décrite comme impersonnelle.

Par ailleurs, il y a plusieurs situations où les médecins et les hôpitaux eux-mêmes ont recours aux médecines alternatives, en orientant leurs patients vers des thérapeutes, en complément de leur traitement médical. Certaines thérapies sont même intégrées dans les hôpitaux, et la sécurité sociale commence à les reconnaître comme des véritables soins.

Certaines médecines alternatives sont prises en charge par la sécurité sociale, comme l’acupuncture, l’ostéopathie ou l’homéopathie, à condition qu’elles soient pratiquées par un praticien conventionné. Des forfaits sont ainsi proposés par la plupart des mutuelles, pour rembourser ces actes.

Les médecines douces, oui mais sous certaines conditions

Le recours aux médecines alternatives doit obligatoirement être cadré et pratiqué sous certaines conditions. D’abord, il est essentiel que le patient ne soit pas influencé dans son choix, et que sa démarche soit complètement volontaire, émanant d’une conviction profonde concernant l’efficacité de cette pratique sur son problème de santé.

Ensuite, la condition primordiale dans une telle démarche est de ne remplacer en aucun cas un traitement médical classique par un traitement alternatif. Les méthodes douces doivent en effet être pratiquées en complément d’un soin médicamenteux mais jamais s’y substituer.

Pour les douleurs liées à des maladies graves comme des cancers, les méthodes complémentaires peuvent être adoptées comme soins d’appoint, sans prendre la place d’un traitement anticancer, et sans prétendre guérir la maladie.

De plus, il est essentiel de se renseigner sur les risques éventuels ou les effets secondaires liés à la pratique choisie, comme la consommation de certaines plantes par exemple. Une attention particulière doit également être accordée au choix du praticien, afin d’éviter les pièges liés aux fausses promesses.

Enfin, il est préférable que le recours à une médecine alternative se fasse en accord et après concertation du médecin traitant, pour, d’une part éviter les arnaques, et d’autre part avoir un soin compatible avec les traitements en cours. Il arrive en effet qu’un traitement alternatif altère l’efficacité des médicaments classiques, et seul le médecin traitant est capable d’évaluer les interactions entre les deux traitements.

L’acupuncture

Pratique millénaire faisant partie de la médecine chinoise, l’acupuncture est idéale pour soulager des douleurs comme les lombalgies, les arthroses ou les sciatiques. Le principe de cette technique consiste à placer des aiguilles métalliques sur certains points du corps pour favoriser la circulation de l’énergie, et soulager les endroits douloureux.

Même si aucune preuve scientifique n’a démontré l’efficacité de l’acupuncture, cette méthode rencontre un succès certain, et de nombreux patients constatent une réelle amélioration de leurs douleurs. Cette méthode est fréquemment utilisée pour calmer les migraines, atténuer les états de fatigue chronique, et soigner certains troubles comme les addictions ou les troubles du sommeil.

Lors d’une séance d’acupuncture, le praticien commence par écouter le patient expliquer ce qu’il ressent, ensuite il pose les aiguilles pendant environ une vingtaine de minutes. La pratique n’est généralement pas douloureuse, elle provoque juste une sensation légère de picotements, car les aiguilles sont placées à la surface de la peau.

L’ostéopathie

L’ostéopathie est une méthode manuelle qui permet de soulager essentiellement les arthroses, en se basant sur la mobilisation des articulations. Cette technique peut être structurelle, fonctionnelle ou crânienne, selon son champ d’application.

L’ostéopathie structurelle permet de traiter les blocages au niveau des articulations, grâce à des gestes manuels ou en contractant les muscles pour les mobiliser. L’ostéopathie fonctionnelle, ou viscérale, concerne les organes internes de l’organisme, comme les intestins, le foie ou l’estomac. Quant à l’ostéopathie crânienne, elle utilise des techniques fonctionnelles pour soigner la tête.

Toutes ces manipulations sont généralement indolores, elles ne peuvent être pratiquées que par un ostéopathe compétent, et doivent être précédées par une radiologie et un examen clinique.

En France, la pratique de l’ostéopathie est reconnue depuis peu, et elle commence à se structurer. Même si son efficacité n’est pas réellement prouvée, elle donne des résultats probants, notamment pour les cas d’arthroses, de névralgies et de torticolis.

La chiropractie

Semblable à l’ostéopathie, la chiropractie manipule aussi les articulations et les muscles, mais elle utilise des techniques différentes, qui consistent avant tout à chercher l’origine du problème au niveau de la colonne vertébrale. Les manipulations d’un chiropracteur sont également souvent plus brusques que celles d’un ostéopathe.

La chiropractie consiste à manipuler le corps pour le détendre et soulager sa douleur, en agissant sur le squelette. Cette méthode thérapeutique permet d’atténuer les douleurs musculaires, les raideurs et les contractures.

La chiropractie tente de réajuster le corps et de débloquer certaines articulations à travers des manipulations spécifiques. Des résultats spectaculaires peuvent être obtenus rapidement, notamment pour des troubles comme les lumbagos, les névralgies ou les tendinites.

La phytothérapie et l’homéopathie

La phytothérapie est une médecine alternative basée sur l’utilisation des bienfaits des plantes à des fins thérapeutiques. Les principes actifs de ces plantes sont extraits pour constituer des médicaments sous différentes formes comme des gélules ou des lotions liquides. La phytothérapie est indiquée dans le traitement des tendinites et des douleurs musculaires, dentaires ou articulaires.

Ces traitements sont certes naturels, mais ils ne sont pas dénués de risques. Il est donc essentiel de consulter un phytothérapeute et d’éviter l’automédication. Il faut savoir que certains médecins prescrivent ce type de traitements en complément des médicaments classiques.

L’homéopathie se base sur le principe stipulant que le mal peut être vaincu par le même mal. Ainsi, les substances utilisées, à dose infinitésimale, pour traiter une maladie sont les mêmes qui pourraient provoquer ses symptômes. Cette méthode permet de stimuler le corps pour qu’il apprenne à s’auto-guérir, et les traitements homéopathiques sont souvent personnalisés selon la situation de santé de chaque individu. Ainsi, pour deux patients présentant les mêmes symptômes, les prescriptions peuvent ne pas être les mêmes.

Les remèdes homéopathiques n’ont pas d’effet analgésique prouvé scientifiquement, et ils ne remplacent pas les traitements traditionnels contre la douleur. Ils peuvent être prescrits dans le cadre de compléments ou de prévention.

L’hypnothérapie

La thérapie par l’hypnose est souvent considérée comme un voyage dans l’inconscient, permettant au patient de lâcher prise afin de soulager certains troubles, en modifiant les comportements habituels du cerveau. Les médecines douces comprennent également d’autres pratiques comme le yoga, la méditation, la relaxation ou les techniques de respiration, qui aident à réduire l’anxiété et à modifier le rapport avec la douleur.

Toutes ces pratiques se basent sur le principe qui considère que l’état d’esprit impacte directement les sensations physiques du corps. De nombreux médecins, et notamment les dentistes, préconisent l’utilisation de l’hypnose contre la douleur, en complément des analgésiques classiques.

Le magnétisme

Le magnétisme est une thérapie douce basée sur la transmission d’un fluide énergétique, à partir des mains du magnétiseur vers les zones endolories du corps du patient. Cette méthode permet de rééquilibrer les champs énergétiques que chaque individu possède, pour harmoniser le corps. Les magnétiseurs sont des praticiens dotés d’un don qui lui permet de capter l’énergie vitale environnante, pour la transmettre à leurs patients.

C’est en posant ses mains au-dessus des zones endolories que le magnétiseur arrive à détecter les blocages énergétiques qui empêchent le bon fonctionnement du corps, en envoyant des messages au cerveau, pouvant être retranscrits par une douleur physique.

Le magnétisme est souvent présenté comme une thérapie curative qui soulage et apaise plusieurs douleurs, puisque les organes en déséquilibre reçoivent l’énergie positive vitale par l’imposition des mains, le regard, le souffle ou des passes magnétiques.

Même si le magnétisme ne doit pas se substituer à un traitement médical, il est plébiscité par certains services des hôpitaux, comme ceux des grands brûlés, pour accompagner les patients dans leur guérison, en complément de leurs médicaments.

Dans les situations particulières où les patients ne peuvent pas se déplacer, le magnétisme peut se pratiquer à distance, en utilisant une photo. En étant à Paris, il est ainsi possible de faire une séance avec un magnétiseur toulouse par exemple.

La mésothérapie

La mésothérapie est une méthode thérapeutique qui permet de traiter localement certaines douleurs, en injectant des petites doses d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires dans le derme, en utilisant des courtes aiguilles.

L’avis du médecin reste indispensable pour ce type de traitement, notamment dans des situations particulières de terrain allergique ou de peau sensible pouvant réagir aux injections par les aiguilles.

Autres articles à lire

Comment bien choisir sa cigarette électronique pour une bonne santé?

Claude

Mieux comprendre la sclérose en plaques en 3 étapes

Journal

Chirurgie dermatologique : mode d’emploi

administrateur

Tout savoir sur l’orthodontie adulte

Nathalie Silvin

Doit-on faire confiance aux blogs de santé et bien-être ?

Laurent

Découvrir l’hypnose conversationnelle

sophie

Leave a Comment