Biometrie-humaine.org
Image default
Santé

Le burn out vous guette-t-il ? Voici 10 signes qui doivent vous alarmer !

Le travail c’est la santé, dit-on. Pourtant, ce n’est plus l’impression qu’il donne ces dernières années. De plus en plus d’employés s’effondrent à cause de la pression et du surmenage engendrés par leur profession. Il y aurait actuellement 19 000 personnes souffrant de burn out, mais on estime que dans les prochaines années, il pourrait toucher 15 à 20% des travailleurs.

Etes-vous à risque ? Pour le savoir les professionnels de la santé et du travail ont établi un profil des personnes susceptibles d’être touchées par le burn out. Il existe, en effet, quelques comportements à éviter si on veut vivre sainement sa profession.

5 comportements à risque

1. Une surcharge de travail

Le burn out touche principalement des personnes très actives dans le boulot. Mais bien faire son travail ne veut pas dire se tuer à la tâche, faire des heures supp’ à n’en plus finir. A force de vouloir toujours en faire plus, on finit généralement par craquer.

Réduire de 10 % son temps de travail aurait un impact énorme sur la santé ! Alors, premier réflexe pour éviter le burn out : lever le pied !

2. Un perfectionnisme à tout épreuve

Le burn touche d’ailleurs principalement des personnes ayant des idéaux de performance et de réussite. Certains ont besoin de se réfugier dans le travail, d’autres le font pour affirmer leur personnalité et se réaliser. Généralement perfectionnistes au plus haut point, ces travailleurs sont de plus toujours disponibles, ne disent jamais non et font preuve d’une loyauté sans faille. Ils pratiquent également ce qu’on appelle le présentéisme, le fait de ne jamais s’absenter même lorsqu’on est malade… jusqu’au jour où on craque !

Pour éviter d’en arriver là, il est bon de se rappeler que nous ne sommes pas indispensables ! Etre moins exigeant avec soi-même et apprendre à déléguer peut parfois régler bien des problèmes.

3. Un manque de reconnaissance

Pire que la surcharge de travail, le manque de reconnaissance peut briser des travailleurs, surtout lorsque ceux-ci ont tendance à lier leur estime de soi à leurs performances professionnelles. Le burn out apparaît régulièrement lorsqu’un fossé se creuse entre le travailleur et son employeur. Le premier se tue à la tâche pour remplir des objectifs complètement irréalistes fixés par le second.

Résultat, alors que le travailleur a l’impression de donner toujours plus, il ne reçoit jamais de signes de reconnaissance pour son travail. Une frustration qui mène régulièrement au burn out.

4. Un manque d’humanité

Outre le manque de reconnaissance, le manque d’humanité dans son espace de travail est aussi un déclencheur du burn out. Il n’y a rien de mieux pour freiner un épanouissement professionnel que de ne pas être soutenu par son boss ou ses collègues. Parfois l’ambiance est tellement mauvaise que l’atmosphère en devient irrespirable.

Le tout est d’essayer de gérer ses émotions et de faire la part des choses : vos collègues et vos supérieurs ne sont généralement pas vos amis. Leurs attitudes, leur manque de chaleur et vos différences de vision de la vie empiète inexorablement sur votre espace de travail, mais elles ne doivent pas vous toucher personnellement.

5. Une connexion permanente

A l’heure des smartphones, de nombreuses personnes reçoivent aujourd’hui les mails professionnels sur leur propre téléphone. D’autres ne peuvent s’empêcher des les consulter le soir et le week-end. Certains ont même installé des alertes !

Cette hyper-connexion est aujourd’hui une source indéniable de stress. Au point que certaines entreprises interdisent aujourd’hui à leurs travailleurs de se connecter en dehors des heures de boulot. Un exemple que beaucoup devraient suivre.

Des symptômes qui ne trompent pas

1. Un épuisement psychologique

L’épuisement émotionnel est le déclencheur principal du burn out. Le travailleur a l’impression d’avoir épuisé toutes ses ressources et d’être vidé nerveusement. Chaque tâche devient une montagne insurmontable ou une corvée.

On vit alors une réaction en chaîne : Alors que l’accomplissement personnel diminue, s’en suit des troubles de l’attention, une dévalorisation de son travail, et de ses compétences puis une diminution de l’estime de soi et du sentiment d’auto-efficacité. En gros, on a l’impression de n’être plus bon à rien. L’épuisement émotionnel est d’ailleurs souvent lié au stress et à la dépression.

2. Un épuisement physique

L’épuisement émotionnel est généralement couplé d’un épuisement physique. Le corps dit stop et le montre de toutes les manières : douleurs généralisées, migraines, manque d’énergie,… Ce sont souvent ces symptômes qui forcent le travailleur à consulter et enfin accepter qu’il est tant qu’il lève le pied.

3. Les troubles du sommeil

Parmi les symptômes physiques, la fatigue est un signe incontestable du burn out. Elle est souvent liée à des troubles du sommeil. Le stress, le surmenage, le manque de déconnexion,… cocktail est idéal pour ne pas passer une bonne nuit.

Les personnes proche du burn out ont l’impression de ne jamais récupérer. Ils ont une fatigue du réveil au coucher. Inutile de préciser que ce manque d’énergie impacte inévitablement leur travail via notamment des troubles de l’attention, ce qui les entraîne dans un cercle vicieux.

4. La « dépersonnalisation »

Accès de colère, humeur changeante, la personne proche du burn out se montre constamment irritée. Ce changement de comportement porte le nom de « dépersonnalisation » : le travailleur ne se sent plus concerné par son travail, il dresse alors une barrière entre lui et ses collègues, supérieurs ou clients.

Cette attitude est une réaction qui lui permet de faire face à son manque de motivation et sa perte d’énergie. En percevant ses interlocuteurs professionnels de manière négative, leurs demandes deviennent tout de suite beaucoup moins urgentes à traiter ! On ne ressent plus le besoin de « leur faire plaisir » ou de « faire cette tâche à la perfection »,…

La dépersonnalisation peut parfois prendre des formes extrême. Plus qu’irritable, le travailleur devient cynique avec les autres et s’exprime à travers des attitudes et des comportements de rejet voire de maltraitance.

5. L’isolement

Le travailleur n’est pas toujours conscient qu’il est proche du burn out. Pire, il vit souvent une longue période de déni malgré les remarques de son entourage qui n’est pas dupe face à son changement de comportement. Résultat, la personne se replie sur elle-même et s’enfonce tout doucement dans l’isolement. Plus rien, ni personne ne l’intéresse.

C’est pourtant à ce moment-là que vous allez avoir le plus besoin de vos proches.

Autres articles à lire

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

Tamby

Santé bucco-dentaire : Pourquoi amener les enfants chez un dentiste ?

Emmanuel

Avec une hypertension, comment choisir son tensiomètre ?

Claude

Les punaises de lit : un enfer que l’on peut éviter

Vicky

Quels sont les bienfaits du silicium ?

administrateur

18 remèdes maison pour se débarrasser des hémorroïdes

vtianaharivelo@gmail.com