Biometrie-humaine.org
Image default
Vie pratique

Ostéopathie – Guérir avec ses mains

Ostéopathie – Guérir avec ses mains
Notez cet article

Pour les ostéopathes, la douleur n’est qu’un symptôme dont il faut rechercher le déclencheur. Pour ce faire, ils utilisent ce qu’on appelle des chaînes de cause à effet, car leur idée de base est que l’appareil locomoteur, le crâne et la moelle épinière et tous les organes internes sont reliés en tant que système, reliés par des réseaux de tissus fins – les fascias. Ainsi, les ostéopathes trouvent souvent la cause de la douleur dans une partie du corps complètement différente, loin du symptôme. Il n’est donc pas rare qu’ils traitent des problèmes de hanche ou de dos dans le cas de problèmes de genoux, ou de circulation sanguine dans le foie dans le cas de migraines. La profession d’ostéopathe est reconnue en France depuis mars 2002. D’autres pays européens vont dans cette direction, et aux États-Unis, berceau de l’ostéopathie, celle-ci est considérée comme une forme de médecine indépendante et bientôt un médecin sur cinq aux États-Unis sera ostéopathe. Le médecin Andrew Andrew Taylor Still a développé la nouvelle méthode de guérison en 1874 et lui a donné le nom d’ostéopathie – dérivé de ostéon pour os et pathos pour souffrance. Rien qu’en France et en Allemagne, environ dix millions de personnes reçoivent chaque année un traitement ostéopathique et supportent elles-mêmes la majorité des coûts. Si de nombreux patients font état de succès de guérison, certains médecins restent critiques car les études fondées sur des preuves font défaut. Aux États-Unis, des scientifiques travaillent sur des procédures visant à prouver l’effet de l’ostéopathie. Et la recherche sur les fascias est également de plus en plus capable de montrer ce qui se passe exactement sous les mains des ostéopathes.

L’ostéopathie efficace chez les nourrissons

Tous les bébés pleurent. Cependant, si les pleurs deviennent incontrôlables, des causes organiques et physiques peuvent également être responsables. Ces problèmes sont souvent atténués par un traitement ostéopathique. Pour les nouveau-nés, les nourrissons, les enfants et les adolescents, le traitement ostéopathique est généralement très efficace en raison de la malléabilité des tissus des enfants. Presque tous les enfants sont d’abord réticents à venir à l’ostéopathie. Mais la peur disparaît très vite. Ils remarquent que l’ostéopathe ne fait que des touchers agréables et légers – comme mettre la main sur la tête ou le dos, sur la jambe ou le ventre. Avec les nourrissons et les tout-petits, les parents sont dans la pièce tout le temps. Ils peuvent le calmer, donner au bébé sa tétine ou une peluche. Les enfants plus âgés emportent parfois des livres ou de la musique avec eux.

L’ostéopathe ressent les tensions dans le corps avec ses mains et doit se concentrer. C’est pourquoi on parle peu pendant le traitement. Il y a suffisamment de temps pour discuter avant et après le traitement. Chez les nourrissons, on teste les réflexes, on vérifie la mobilité des articulations et on examine la tension des muscles et de l’abdomen. Il est également important de déterminer le stade de développement actuel du bébé ou du nourrisson. Certaines plaintes peuvent être résolues après une ou deux séances seulement. Après cela, il devrait y avoir un “rendez-vous d’examen”, car l’organisme doit d’abord s’habituer à la nouvelle mobilité. En particulier dans le cas de maladies chroniques, le traitement peut prendre plusieurs séances. Souvent, les bébés sont fatigués et affamés à la fin d’un traitement ostéopathique. Certains enfants sont également un peu “hors de forme” et ont besoin de repos et de détente. L’effet positif du traitement se produit généralement dans les jours qui suivent. Aux États-Unis ou en Angleterre, les examens de dépistage ostéopathiques sont relativement répandus. L’ostéopathie est bien adaptée pour accompagner toutes les étapes importantes du développement d’un enfant et pour lui offrir un soutien physique et psychologique pour chaque phase de croissance : De la naissance à la poussée des dents, en passant par l’apprentissage de la marche, jusqu’à l’entrée à la maternelle et à l’école jusqu’à la puberté.

Un champ d’action très large

L’ostéopathie conçoit la santé comme un équilibre de tous les systèmes du corps. Maintenir et rétablir cet équilibre est la tâche de l’ostéopathie. L’ostéopathie est une méthode de guérison holistique. L’idée de base : la vie est un mouvement, et là où la mobilité est limitée, des maladies peuvent survenir. L’ostéopathie considère le corps comme une sorte d’horloge dans laquelle toutes les structures sont en mouvement et reliées entre elles. Si une partie du corps est bloquée, la douleur peut se déplacer vers d’autres parties du corps. Par exemple, la douleur à l’épaule peut provenir du poignet et la douleur au dos de la tension dans les organes. Grâce au traitement ostéopathique, l’organisme est soulagé et retrouve tant de possibilités de compensation qu’il est capable de mieux activer ses pouvoirs d’auto-guérison. Il existe des techniques de traitement distinctes pour les trois piliers. Chaque évaluation diagnostique et chaque traitement comprend les trois piliers de l’ostéopathie.

  • Dans le domaine de l’appareil locomoteur : problèmes articulaires, plaintes telles que lumbago, sciatique, coup du lapin, entorse et autres blessures…
  • Dans le domaine de la médecine interne : troubles digestifs, brûlures d’estomac, abaissement d’organes, conséquences d’opérations telles que cicatrices et adhérences, plaintes cardiaques fonctionnelles…
  • Dans le domaine des oreilles, du nez et de la gorge : Maux de tête, migraines, sinusites, otites moyennes chroniques, amygdalites, vertiges, acouphènes, problèmes d’ATM, régulation de la morsure.
  • Pour les femmes : Problèmes menstruels, grossesse, préparation et suivi de l’accouchement, troubles du climat…
  • En pédiatrie : difformités crâniennes et faciales liées à la naissance, torticolis, syndrome de Kiss, scoliose, dysplasie de la hanche, enfant qui crache, retards de développement, troubles de l’apprentissage et de la concentration, syndrome de déficit de l’attention…

Situations d’urgence aiguës mettant la vie en danger ou pathologies graves telles que, par exemple, les maladies tumorales n’appartiennent pas au domaine d’activité de l’ostéopathie. Toutefois, en tant que mesure d’accompagnement, les traitements ostéopathiques peuvent être d’une grande valeur et contribuer à stabiliser et à améliorer l’état général du patient.

Autres articles à lire

Ce qu’il faut savoir des compléments capillaires

Journal

Masser les pieds : un massage des pieds au bureau, c’est possible ?

Tamby

Les 3 astuces pour repasser une chemise efficacement

Ines

Cursus de santé, qu’est-ce qui a changé ?

administrateur

La tétraplégie : comprendre les origines et les traitements envisageables

Ines

Comment choisir ses produits d’entretien

Journal

Leave a Comment